Je m'engage pour...

Emploi, Europe, Environnement: 3 défis, 3 opportunités

Si je me lance dans la campagne pour les élections fédérales c’est pour porter des projets importants pour Neuchâtel et notre pays. Mes 3 priorités: Emploi, Europe, Environnement.

E comme EMPLOI.

Promouvoir l’emploi c’est assurer de bonnes conditions cadres, notamment fiscales et en matière de transports. De bons projets sont en cours, il faudra les poursuivre. Penser emploi c’est aussi penser à son avenir à l’ère digitale. Une préoccupation éloignée ? Au contraire : cette révolution est à nos portes ! Nous avons tous déjà vu nos commerces disparaître au profit du commerce en ligne. Le digital changera nos vies encore plus dans de nombreux domaines. Dans mon activité diplomatique à Genève, je rencontre chaque jour des experts qui le montrent: l’industrie et les services évolueront fortement. Il sera bientôt possible de traiter des tâches administratives par des systèmes d’intelligence artificielle basés à l’autre bout du monde. A quel coût social ? Les thérapies individualisées changeront la médecine. Qu’est-ce que cela signifie pour nos médecins et nos hôpitaux ? Les drônes peuvent révolutionner la distribution. A quel prix, dans quel cadre ? Anticipons ces (r)évolutions à venir et transformons-les en chances ! Nous pouvons créer de nouvelles activités que les machines ne peuvent remplir. Pour cela la Suisse doit avoir une stratégie volontaire. Neuchâtel a de bonnes cartes en main. Nos industries et nos Universités s’y préparent. Berne, elle, peut faire mieux. Je propose de créer un Département fédéral de la formation, de l’innovation et de la digitalisation en charge d’une stratégie nationale forte (et de regrouper la sécurité répartie aujourd’hui entre DDPS et DFJP).

E comme EUROPE.

Préserver l’emploi c’est aussi préserver un accès facilité à l’UE, son marché intérieur, ses programmes de recherche. C’est vital pour la Suisse, plus encore pour Neuchâtel, un des champions de exportation. J’ai œuvré de près sur ce dossier pendant 8 ans aux côtés du conseiller fédéral Didier Burkhalter. Consolider la relation Suisse-UE passe par un accord cadre. La Suisse doit faire une pesée d’intérêts entre quelques inconvénients et l’érosion de son accès à un marché vital, le plus grand au monde. 1,5 millions d’emplois dans notre pays dépendent de nos relations avec l’UE avec qui nous commerçons pour 1 milliard de francs par jour ! Nous devrons être déterminés et responsables.

E comme ENVIRONNEMENT enfin.

Pensons durable, préservons le climat. La jeunesse a raison: notre maison brûle. Nos glaciers fondent, nos cours d’eau s’assèchent, nos lacs se vident. En matière climatique même les prévisions optimistes montrent des effets qui pousseront des millions de personnes à l’exil. Aujourd’hui déjà des conflits naissent du changement climatique. Agissons avec des recettes libérales: promouvoir plutôt qu’interdire ! Mais ayons aussi le courage de contraindre et limiter lorsque le marché n’y suffit pas. C’est la responsabilité politique. Là aussi c’est une chance : promouvoir des emplois nouveaux, des technologies propres. Neuchâtel est bien positionnée. Nous pouvons faire mieux. Le PLR ne doit pas laisser ce thème lui échapper.

La politique c’est servir son pays. C’est aussi anticiper. Ces défis sont dans changements en cours que nous devons saisir pour les transformer en opportunités.

Je souhaite y travailler en m’appuyant sur l’expérience accumulée à plusieurs niveaux : 15 ans de politique communale et cantonale suivi de 10 ans de politique fédérale et internationale, dont 8 ans bras droit d’un conseiller fédéral. Cet engagement, ces expériences, ces réseaux j’aimerais les mettre au service de mon canton et de mon pays.

POUR UNE SUISSE OUVERTE, LIBERALE, DURABLE
une idée que je défends avec passion et conviction.

Damien Cottier

« Je m'engage pour une Suisse
libérale, ouverte, durable. »

Mes mandats

− Collaborateur personnel d'un conseiller fédéral (2010-2017)
− Chef de la communication et porte parole du PLR suisse (2008-2010)
− Député au Grand Conseil neuchâtelois (1997-2008)
− Président de groupe (2001-05) au Grand Conseil, 
− Président de la commission financière et de gestion
− Président de la Comm. d'enquête parlementaire II
− Vice-président du PLR neuchâtelois (2009-11)
− Président du PRD du district de Neuchâtel (2004-05)
− Secrétaire cnatonal du PRD neuchâtelois (1996-99)
− Conseil général Hauterive et Le Landeron (entre 1996 et 2010)
− Président du Conseil général, Le Landeron(1998-99)

Que puis-je apporter de plus au canton?

Je peux apporter une longue connaissance de la politique cantonale et communale (15 années) mais aussi une vaste expérience de la politique fédérale et internationale. Dix ans durant j'ai travaillé dans les coulisses du Conseil fédéral et du Parlement. Ces connaissances et ces réseaux je souhaite les mettre à disposition de mon canton qui doit se battre constamment à Berne pour être entendu et soutenu. A l'heure où 4 des 6 parlementaires neuchâtelois se retirent, cette expérience et ces réseaux peuvent être utiles.

Quelles sont mes valeurs ?

 

Une Suisse libérale


La liberté est l'essence de l'être humain. C'est aussi la clé du succès. La liberté de penser, de parler, mais aussi de créer et d'entreprendre par exemple. La liberté de la presse. La liberté de rassemblement. La liberté de croyance. La liberté de vivre sa vie comme bon nous semble. Ce sont des valeurs fondamentales qui ont construit la Suisse comme une démocratie et une société forte et qui ont fait son succès économique. Je veux que les Suissesses et les Suisses continuent de vivre en lberté et de faire leurs choix personnels sans que l'Etat ou la société ne les leur dicte.  

Une Suisse ouverte


La Suisse commerce avec le monde entier, elle entretient des relations diplomatiques universelles. Elle dispose de nombreux accords, notamment commerciaux, avec l'Union européenne. Aujourd'hui certains veulent limiter cette ouverture maîtrisée et qui a fait le succès du pays depuis toujours. La Suisse ne s'est-elle pas construite autour de la route du Gotthard qui permettait de commercer avec l'Europe entière? Je veux me battre pour une Suisse qui soit suffisamment sûr d'elle-même pour continuer de s'ouvrir sans craindre de se diluer. L'ouverture doit bien sûr être maîtrisée et limitée, mais isoler le pays c'est le conduire à sa ruine. C'est parfaitement vrai pour un des cantons les plus exportateurs de Suisse: Neuchâtel.

Une Suisse durable


La durabilité est devenue un élément central dans notre société. L'économie ne doit pas détruire l'environnement ou le lien social. La Suisse l'a compris depuis longtemps en matière sociale et elle a inventé le partnariat social et la paix du travail. Il doit en aller de même en matière de protection de l'environnement, il faut inventer une paix de la nature: une cohabitation harmonieuse entre agriculture, industrie et environnement. Particulièrement en matière climatique, face à l'urgence d'agir il faut avoir le courage de mesures fortes et décidées. Nous n'avons qu'une planète. Etre libéral, c'est penser durable.